Une journée Mélodiste sucrée à l’amérindienne !

Au printemps dernier, le valeureux comité du 50e anniversaire de la chorale Les Mélodistes a eu l’excellente idée de nous convier à La Maison amérindienne, « un musée qui se déguste », située sur un terrain ancestral abénaquis, à Mont St-Hilaire. Résonnent encore en moi les mots et chants de bienvenue – Yaweta – entonnés par notre animatrice Audrey, et surgit l’irrésistible envie d’y retourner.

Notre arrivée

Une fois tout le monde sur les lieux, une joyeuse bande de 100 choristes incluant quelques accompagnateurs se retrouve dehors en grand cercle, au son des tambours rythmant nos pas de danse, pour la cérémonie de purification de nos âmes.

Le repas et la journée

Notre festin à débuté par le service de la marmite du chef (un potage de citrouille) et banique (pain amérindien).

En plat principal : Ont suivi les hauts de cuisse de poulet marinés dans le sirop d’érable et les herbes sauvages, accompagné de riz sauvage et de riz blanc rehaussé d’une douce salsa de légumes et d’une salade iroquoise de maïs.

Pour dessert, les participants ont dégusté la fameuse et « mystérieuse » tarte au sucre sans croûte à l’atikamekw avec son coulis de sirop d’érable.

La savoureuse tire sur la neige autour du rond de feu termine le tout en beauté.

Après le repas, une magnifique présentation de l’histoire du Musée nous est offerte et les trois expositions d’alors comblent notre curiosité. En prime, quelques nouveaux mots amérindiens s’ajoutent à notre vocabulaire dont le plus important :  Migwech – Merci !

 

La Maison amérindienne

Fondée en mai 2000 par André Michel, située dans une érablière urbaine unique, elle est le seul musée multi-nations autochtones exclusivement géré par des autochtones tout en étant située hors communautés amérindiennes. Elle favorise ainsi la rencontre et la réconciliation entre autochtones et québécois non autochtones en constituant un lieu d’éducation, d’échanges, de partage et de rapprochement des peuples à travers diverses activités agro-alimentaires, gastronomiques ou culturelles en toutes saisons.

Le musée met notamment en valeur les traditions amérindiennes de l’érable, si bien d’ailleurs qu’en 2008, le gouvernement du Canada l’a désigné comme seul lieu de référence pour l’origine de l’acériculture.

Des programmes éducatifs de niveau tant élémentaire, que secondaire ou collégial sont également proposés en collaboration avec le ministère de l’éducation.

En parallèle, de multiples expositions mettent en valeur surtout les artistes autochtones peu ou jamais en contact avec les québécois qui ne se rendent jamais dans les communautés autochtones.

Beaucoup d’objets d’art et de culture authentiques et de qualité se retrouvent disponibles à la boutique souvenirs.

Dans l’esprit rassembleur de l’institution, des personnes autochtones, métisses ou non autochtones animent la Maison amérindienne.

Le départ et la « légende » des Mélodistes

On m’a révélé qu’à la Maison amérindienne, une légende est née. Dans l’esprit de la réconciliation des peuples, on se souvient encore avec émotion du canon israélien pour la paix entonné à leur départ par les Mélodistes, sous l’impulsion de Marlene Gaudet, notre cheffe de cœur passionnée et adorée.

par Jean Simard

Autres articles

2019-12-17-50Ans_Autant_en_emportent_Les_Mélodistes

2019-11-09-Article_Courrier_Sud_50e_Anniversaire_Mélodistes

2019-11-04_Les Mélodistes enchantent la France

2019-07-24-Or_GisèleCloutier

2019-05-24_Article_Reflet_Spectacle_Candiac