Les Mélodistes enchantent la France !

Participation aux Festivals de Provence et d’Aveyron

par: Jean Simard

Le début de l’aventure

Je ne suis pas un voyageur ou du moins je ne l’étais pas, comptant plus de 30 années de sédentarité bien ancrée sans jamais renouveler mon passeport. En fait j’égalais notre cheffe de chœur Marlene qui se disait « mauvaise voyageuse ».

Tout a basculé quand elle et notre pianiste Solange ont emboité le pas aux quatre membres de l’extraordinaire comité organisateur du voyage soulignant le 50e anniversaire des Mélodistes pour nous encourager à participer au Festival Choral de Provence et d’Aveyron en France.   C’est ainsi que je me retrouve à Marseille le 3 juillet dernier, au milieu de 62 choristes et 23 accompagnateurEs, partant à l’aventure durant 11 jours fertiles en découvertes et rebondissements !

CoupS de coeur

Nous conservons tous et toutes en mémoire des moments forts de ce périple mais écoutons notre président Maurice, Lise, Pierre et d’autres nous racontant leur premier coup de coeur : « Le 5 juillet, au surlendemain de notre arrivée, nous nous retrouvons aux Carrières de Lumières de Baux-de-Provence. Nous attendons fébrilement à la porte d’entrée de l’exposition, notre première visite organisée. Voilà soudain Marlene nous suggérant spontanément et de façon totalement imprévue d’entonner la chanson « Banana Boat song » pendant l’attente. Tout à coup, perce la puissante voix de François, notre soliste : « Day-o, Day-ay-ay-o… » ! et comme l’écho des montagnes, un envoutant murmure y répond doucement, graduellement et irrésistiblement « …Day-light come and me wan’ go home… » !

Le public présent est littéralement saisi, happé par surprise dans cette farandole Mélodiste. Le portail se transforme alors en lieu de concert en plein air improvisé jusqu’à qu’à la fin de la chanson. Des applaudissements nourris succèdent à notre prestation impromptue et au même moment, nous entrons voir l’exposition ».

Le spectacle qui suit s’avère impressionnant tant il aspire les participantEs dans une spirale de sons et lumières, exposant les images des œuvres du peintre Van Gogh à même les gigantesques murs de pierre de cette carrière, au son d’une riche musique contemporaine à l’artiste. Dès le début de l’aventure, nous sommes comblés.

D’aucunEs d’entre nous sont à l’œuvre pour immortaliser dans des albums un maximum de souvenirs emmagasinés.

Six concerts

Notre périple en terre française nous a permis de participer seulEs ou accompagnéEs d’autres chorales à six événements concerts : à La Seyne-sur-Mer, Bandol, Vins et La Destrousse, en Provence, puis à Baraqueville et St-Affrique, en Aveyron. En chantant certains passages du florilège des chansons immortelles ou du Medley Les Misérables devant des français en extase, j’en avais la gorge nouée d’émotion, incapable de produire un seul son.

Des festins

Les repas généreusement servis avant ou après nos apparitions étaient festifs et le vin coulait à flots. Nos hôtes français ont été charmants et nous avions peine à nous quitter en fin d’événements.

Je n’étais pas un voyageur mais je le suis maintenant devenu grâce à la l’inexorable force d’attraction des Mélodistes !